Journée de printemps – 16 mai 2014

« Expérimentations de terrain et politiques publiques du travail et de l’emploi » : Apports récents et mise en perspective

 Le développement, récent en France, des expériences – ou expérimentations – de terrain contrôlées comme méthode d’évaluation des politiques sociales, et en particulier des politiques d’insertion professionnelle, constitue, à n’en pas douter, une modification majeure des modalités de recours à l’expertise par la puissance publique. Le débat au sein des sciences ​é​conomiques​ ​a jusqu’à maintenant essentiellement porté sur l’apport de ces méthodes d’évaluation en termes de validité scientifique des résultats obtenus : amélioration de la validité interne par rapport à des modélisations économétriques d’expériences non contrôlées ; amélioration de la validité externe par rapport à des expériences contrôlées mais réalisées en laboratoire. Cependant, l’expérience (charmante polysémie du terme) de tels dispositifs permet aujourd’hui à la communauté des économistes de prendre du recul pour porter un regard différent sur ces méthodes, importées de l’univers médical via le monde anglo-saxon.

A la rentrée 2013, la revue Travail et Emploi a consacré un numéro spécial aux expériences de terrain contrôlées dans le champ des politiques publiques du travail et de l’emploi. C’est à partir des contributions à ce numéro que nous vous proposons de reprendre le débat. Qu’a-t-on appris sur ces pratiques particulières de l’évaluation des politiques publiques ? Comment s’inscrivent-elles dans le contexte français de l’expertise publique, contexte juridique, politique, académique ? L’engouement pour les expérimentations de terrain contrôlées qui redessine aussi bien le groupe des experts mobilisés que le type de dispositifs évalués est-il en train de transformer la nature même de l’expertise, voire de l’action publique ?

Cette journée se déroulera à la Maison des Sciences Economiques de l’Université Paris 1, salle du 6ème étage (Métro : Campo-Formio, ligne 5).

Introduction générale (9h15 – 9h40) : Agnès Labrousse (Criisea, Université de Picardie Jules Vernes) et Philippe Zamora (Dares)

1. Mise en oeuvre d’expérimentations (9h40 – 10h45)

Marc Ferracci (Lemna – Université de Nantes, Crest-Ensae, Liepp-Sciences Po Paris) et Florine Martin (Érudite, Université Paris-Est Marne-la-Vallée ; Sodie) : « Évaluation par expérimentation aléatoire de dispositifs de reclassement innovants pour les demandeurs d’emploi » (Présentation)

Clémence Berson (DG Trésor, CES CNRS – Université Paris 1) : «Testing : la difficulté de l’interprétation de la discrimination à l’embauche » (Présentation)

Pause café (10h45-11h00)

2. Réflexion critique

Marie-Christine Bureau (Lise CNRS – CNAM), François Sarfati (CEE, Lise CNRS-CNAM), Jules Simha (CNAM, IDHE-CNRS) et Carole Tuchszirer (CEE) : « L’expérimentation dans l’action publique. Usages, pratiques et jugements des acteurs » (Texte support)

Bernard Gomel (CEE) et Évelyne Serverin (CTAD Université Paris Ouest-Nanterre La Défense) : « L’expérimentation sociale aléatoire en France en trois questions »

3. Discussion (12h05 – 13h) 

Agnès Gramain (CES-CNRS – Université Paris 1)

Discussion et échange avec la salle

Lien vers le numéro spécial de la revue Travail et emploi consacré aux ​expérimentations de terrain et politiques publiques du travail et de l’emploi : cliquez ici.

Comité d’organisation : Jérôme Gautié et Agnès Gramain (pour le comité d’organisation de l’axe « Economie et Sociétés » du Centre d’économie de la Sorbonne), Thomas Amossé et Christine Erhel (pour le comité de rédaction de Travail et emploi), Agnès Labrousse et Philippe Zamora (coordinateurs du numéro sur les expérimentations).

 

 

Laisser un commentaire