Journée d’automne – 8 novembre 2013

L’accent mis régulièrement sur les dimensions financières de la crise ouverte à la suite de la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008 ne doit pas conduire à négliger l’analyse des autres dimensions de la crise  économique actuelle. Sur un plan conjoncturel, l’intervention publique a, dans un premier temps, permis de limiter l’impact récessif à travers le jeu des régulateurs automatiques ; dans un deuxième temps,  les politiques macro économiques restrictives mises en œuvre dans un certain nombre de pays européens pour faire face à l’augmentation de l’endettement public ont eu une incidence directe sur le rythme de la croissance et sur le niveau du chômage.

Cependant, cette situation se greffe sur des mutations profondes du système productif qui se font jour depuis une trentaine d’années. Certains auteurs les désignent comme reflétant l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme du fait du rôle pris par les marchés financiers au niveau global et par l’objectif de rentabilité financière au niveau des entreprises. De plus, la troisième révolution industrielle marquée par le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication contribue à faire émerger des formes d’organisation productives en réseau qui impliquent de nouveaux liens d’interdépendance entre les unités constitutives. Enfin, l’ouverture des économies, au moins par grandes aires géographiques, implique des échanges croissants de biens et de services et une redéfinition des bases territoriales de leur conception et de leur production.

Tous ces éléments constituent une toile de fond sur laquelle s’inscrivent les nouvelles formes de régulation du travail et qui les éclairent. L’objet de cette séance de séminaire serait à la fois de les caractériser dans toute leur diversité et d’en saisir la portée et les conséquences en termes d’inégalités et de fragmentations sociales.

 

Cette journée comportera trois temps et aura lieu en salle S17 (Bâtiment cour), à la Maison des Sciences Economiques de l’Université Paris 1 (Métro : Campo-Formio, ligne 5).

1. Le contexte macro économique : au-delà de la crise, une mise en perspective des mutations longues  (9h30-11h15)

Philippe Askenazy (Paris-Jourdan Sciences Economiques UMR CNRS-EHESS-École des Ponts ParisTech-ENS) : The current productive model: from success to exhaustion and crises ? (Présentation)

Richard Duhautois (CEE et Université Paris Est-Marne La Vallée), Nadine Levratto (EconomiX UMR CNRS – Paris 10 et CEE), Héloïse Petit (CES UMR CNRS – Université Paris I et CEE) : La désindustrialisation au cœur des transformations du marché du travail (Présentation)

Discutante : Christine Erhel (CEE  et CES UMR CNRS – Université Paris I)    

2. Flexibilité interne/flexibilité externe : usages et effets de dispositifs légaux et conventionnels d’ajustement de l’emploi et des rémunérations  (11h30-13h)

Richard Duhautois (CEE et Université Paris Est-Marne La Vallée) : Le recours au chômage partiel (Présentation)

Camille Signoretto (CES UMR CNRS – Université Paris I) : L’utilisation des ruptures conventionnelles (Texte et présentation)

Discutant : Jean-Louis Dayan (CEE)

Buffet déjeuner (13h-14h10)

3. Les transformations de l’action publique (14h15-16h15)

 Marc-Antoine Estrade (DGEFP) : Une lecture historique des politiques de l’emploi en France (Présentation)

Raphaël Dalmasso (Université de Lorraine et CEE) : De l’ANI à la loi sur l’emploi de mai 2013 (Texte)

Stéphanie Laguérodie (CES UMR CNRS – Université Paris I), Jean-Luc Outin (CES UMR CNRS – Université Paris I) : Le RSA, les formes d’intervention et leurs incidences sur les trajectoires individuelles (Texte)

Discutant : Jérôme Gautié (CES UMR CNRS – Université Paris I)

 

Comité d’organisation : 
Cléo Chassonnery, Laurence Lizé, Jean-Luc Outin et Marie Salognon